mardi 28 octobre 2014

Michel Dogna : Le charbon actif, l'antipoison !

Le charbon végétal activé, l'antipoison idéal et produit de base de la pharmacopée naturelle !



http://www.alternativesante.fr/upload/cache/medias/charbon-vegetal0_w590_h390_r4_q90.jpg
 Par Michel Dogna


N'est-il pas consternant de constater qu'à notre époque où le problème crucial de la santé publique est l'intoxication, l'incroyable efficacité du charbon activé et son mode d'utilisation, médicalement connus depuis plus d'un siècle, ne fasse l'objet d'aucune information dans le domaine public, ni au niveau du cabinet médical ?

L'histoire du charbon végétal commence 1813. 
Un certain Bertrand, chimiste français, fait une démonstration publique. 
Il tient une fiole qui contient 5 g de trioxyde d'arsenic (1 cuillère à thé comble), de quoi tuer 150 hommes. 
Il lève le bras et porte le breuvage aux lèvres. 
Dans quelques minutes, il devrait ressentir les effets inexorables de cette drogue : nausée, vomissement, diarrhée, brûlure intense de la bouche et de la gorge, crampes atroces dans le ventre, déshydratation rapide et mort. 
Devant les yeux médusés et horrifiés de la foule, Bertrand vaque pourtant tranquillement à ses affaires et ne présente aucun trouble. 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/55/Pierre-Fleurus_Tou%C3%A9ry.jpg/220px-Pierre-Fleurus_Tou%C3%A9ry.jpg

En 1831, un pharmacien de Montpellier nommé Touéry, effectue le même tour mais, cette fois, devant l'Académie française de médecine. 
Il avale 1 g de strychnine (10 fois la dose mortelle). 
Ce poison foudroie un homme en 10 minutes dans des convulsions incontrôlables et un arrêt respiratoire au milieu d'un rire nerveux effrayant, dont le spectacle ne s'oublie jamais. 
Pourtant, Touéry reste calme et détendu et n'a aucun trouble, à la stupéfaction totale des professeurs.

vendredi 10 octobre 2014

La maladie cœliaque et l’intolérance au blé !

La face sombre du blé : Nouvelles perspectives sur la maladie cœliaque et l’intolérance au blé !

darkside


L’omniprésence du blé et son statut révéré parmi les institutions tant laïques que sacrées, différencie cet aliment de tous les autres aliments consommés avec plaisir par les êtres humains. 
Pourtant, l’ascension sans égale du blé en tant que catalyseur de l’émergence de la civilisation n’est pas sans contrepartie. 
Si le blé a été le moteur de l’expansion de la civilisation et était glorifié comme étant un "aliment nécessaire", à la fois au sens physique (en anglais staff of life – bâton de la vie) et au sens spirituel (le corps du Christ), les cœliaques sont cependant la preuve vivante du côté sombre et moins connu du blé. 
Une étude de la cœliaquie peut aider à comprendre le mystère de l’homme moderne, qui mange chaque jour du blé et est l’animal le plus malade à avoir jamais foulé cette planète étrange qui est la nôtre.