samedi 20 février 2016

L’huile de ricin : Un prodigieux remède oublié !

L’huile de ricin, un produit naturel à redécouvrir, car elle  possède de nombreuses qualités qui lui permettent de soigner de nombreux maux !

 

À mettre dans vos favoris et dans votre armoire à pharmacie. Les ancien(nes) connaissaient l’effet bénéfique de l’huile de ricin sur les phanères : poils, cheveux, peau, ongles. 
Jeunes filles nous nous brossions les cils avec une goutte d’huile de ricin pour les rendre plus épais et fournis. 
De même pour les cheveux (1). 
Mais ce n’est qu’une petite partie de tous les services que peut rendre cette plante incroyable ! 
Attention cependant, l’absorption  par voie interne peut provoquer de terribles et douloureuses diarrhées.
Galadriel ( )


Fichier:Ricin.jpg



Franchement, si vous vous rendiez en pharmacie pour un mal de gorge, l’huile de ricin serait certainement le dernier remède que vous demanderiez. 
Et si vous le faisiez, attendez-vous à des réactions pour le moins embarrassantes. 
Oui, au cas où vous ne le sauriez pas, l’huile de ricin est un puissant laxatif.
À une époque où internet n’existait pas encore, et où il était difficile de trouver des informations aussi facilement que maintenant, lorsque la pharmacienne m’accueillait, je voyais son expression s’altérer : "Oh vous ! Vous avez toujours de drôle de demandes !?" me dit-elle un jour.
J’étais convaincu que cette huile à l’odeur et à la texture caractéristiques pouvait soigner n’importe quoi. Malheureusement, hormis une curiosité débordante, je n’avais aucun problème à traiter.


http://www.zinezaz.com/wp-content/uploads/2015/10/huile-de-ricin.jpg

Faire disparaître les verrues !

J’avais accompagné un jour une copine chez un podologue réputé, pour faire enlever une verrue sous la voûte plantaire.
J’avais assisté à cette opération dans son cabinet et m’étais juré, ce jour-là, qu’aucun bistouri ne toucherait jamais ma peau si j’avais moi-même une verrue. 
J’étais même étonné que des traitements aussi barbares puissent encore exister de nos jours.
Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, quelques semaines plus tard, une verrue sous mon propre pied ! 
Je me souviens, ce jour-là, de ma joie infinie d’apercevoir, sur ma peau, cette petite excroissance. 
J’allais enfin pouvoir tester cette fameuse huile.
Partant pour quelques jours de ski dans les Alpes, je pris avec moi un petit flacon d’huile de ricin, un tout petit bout de tissu que je pliai en 4 et du scotch dermique (celui qu’on utilise après une prise de sang, pour faire tenir le coton sur le point de ponction).
Tous les matins, avant d’enfiler les grosses chaussures de ski, je mettais une goutte ou deux d’huile de ricin sur le tissu, que je plaquais contre la verrue, à même la peau, et maintenais avec le scotch.
Je le fis tous les jours. 
Je gardais le même bout de tissu, et y remettais simplement un peu d’huile régulièrement.
Je ne sais ce qui se passa vraiment. 
J’ai tout oublié. 
Deux mois plus tard, ça me revint subitement : la verrue, le pansement à l’huile de ricin, les chaussures de ski, etc.
Je me déchaussai et enlevai ma chaussette hâtivement, mais il n’y avait plus rien : la verrue avait disparu ! 
À la place, il n’y avait qu’une belle peau toute rose.
L’expérience se reproduisit des années plus tard avec une verrue apparue sur le genou. 
Mais cette fois, j’étais décidé à l’observer attentivement.
Au fil des jours, elle devint plus grosse, prit un aspect blanchâtre et squameux, au point que je crus avoir fait une bêtise. 
Je m’inquiétais. 
Mais surprise, lorsqu’un matin je me décidai à la toucher du doigt après deux semaines de traitement, elle tomba par terre, sans laisser aucune cicatrice.
Le remède semblait donc efficace. 
Et s’il l’était pour des verrues, il devait aussi l’être pour d’autres choses.

 

http://madermato.com/media/photo-info-patient/verrue-main-univadis-2-AID02E3-07-006_jpg_dt_slide.jpg

 

Des centres de verrologie pour étudier le cancer !

Dans les années 80, certains médecins remarquèrent que les verrues se comportaient comme des tumeurs. 
Or il est un fait que les verrues peuvent disparaître subitement, du jour au lendemain. 
De même constatait-on certaines guérisons remarquables de tumeurs malignes, aussi grosses qu’un pamplemousse, en l’espace d’une seule nuit.
Les chercheurs américains eurent l’idée de créer des centres de verrologie (étude des verrues, à ne pas confondre avec la virologie, qui a pour objet l’étude des virus) pour étudier ce phénomène et mieux comprendre le cancer1
Je ne sais si ce projet put voir le jour, mais l’approche semblait prometteuse.
Il fut démontré, par ailleurs, que derrière ces guérisons surprenantes avait toujours lieu une violente inflammation, provoquée par un agent pathogène extérieur à proximité de la tumeur. 
Les médecins tentèrent donc d’injecter un virus près du siège de la tumeur, afin d’ initier eux-mêmes un processus analogue.
Dans tous les cas, les patients eurent de fortes fièvres, puis en guérissant l’invasion virale, on constata que le corps avait en même temps nettoyé la tumeur. 
Il ne restait qu’une cicatrice de la masse.
Mais le phénomène était difficilement contrôlable et, pour des raisons déontologiques (le corps médical n’a pas le droit d’inoculer un germe et de rendre malade une personne, au péril de sa vie), les expériences furent arrêtées2.
Ces évolutions conjointes des tumeurs et verrues me marquèrent, d’autant que j’avais réussi à me débarrasser de ces dernières facilement. 
Je notai également qu’Edgar Cayce, dont j’avais tout d’abord tiré ce remède, mentionnait son usage à de nombreuses fins, y compris les tumeurs.

http://img.over-blog-kiwi.com/0/94/20/26/20150415/ob_437059_huile-ricin-cheveux-800x500-c.jpg


Les indications !

Dans toutes les lectures que j’ai pu trouver sur le sujet, l’huile de ricin a été utilisée avec succès dans de très nombreuses maladies.
Dans son livre "Les miracles de la guérison"