jeudi 25 mai 2017

Alerte sur l’Aluminium des Vaccins !


Un grand scientifique alerte sur l’aluminium des vaccins !




"On ne peut pas continuer à ignorer les effets de l’aluminium dans les vaccins !"
Ce cri d’alarme n’est pas lancé par un farfelu ou un paranoïaque, mais par le chef de service du Centre expert en pathologie neuromusculaire de l’hôpital Henri Mondor, à Creiteil ! 


https://www.youtube.com/watch?v=02ygkZqPXi4


Le professeur Romain Gherardi est loin d’être un franc-tireur, un "anti-système" prêt à colporter des fake news, pour reprendre des termes à la mode.
C’est un spécialiste de pointe, reconnu par ses pairs, et qui a publié des centaines d’articles dans des revues scientifiques comme The Lancet et Brain. 


Le règne de l’omerta !

Dans un entretien exclusif accordé à Alternatif Bien-Être, il dit tout sur l’omerta des autorités sanitaires françaises concernant la sécurité vaccinale.
Les preuves des effets délétères à long terme des adjuvants dans les vaccins s’accumulent.
Fait étrange, les études explorant le lien de cause à effet entre les adjuvants et plusieurs maladies peinent de plus en plus, elles, à trouver des financements…
On ne parle plus, chères et chers lecteurs, de doutes ou de soupçons concernant ces adjuvants dans les vaccins, on parle de faits avérés, et notamment de l’explosion des cas de myofasciite à macrophages (MFM), une maladie neuromusculaire grave.
Nous consacrons cinq pages à ce problème de santé publique, et de société. 

Cinq pages au bout desquelles, croyez-moi, vous ne regarderez plus du même œil les communiqués des défenseurs de la politique vaccinale. 


https://www.youtube.com/watch?v=EB945DZqxz4


Source : sante-nature-innovation.fr

mercredi 24 mai 2017

Le manque de sommeil peut doubler le risque de mortalité !

Un manque de sommeil peut doubler le danger de décéder d’un infarctus ou d’un accident vasculaire cérébral chez des personnes ayant de l’obésité, l’hypertension, un taux de cholestérol excessif ou le diabète !

 



 

Un manque de sommeil peut doubler le danger de décéder d’un infarctus ou d’un accident vasculaire cérébral chez des personnes ayant plusieurs facteurs de risque cardio-vasculaires comme l’obésité, l’hypertension, un taux de cholestérol excessif ou le diabète, selon une étude publiée mercredi.
Les chercheurs ont sélectionné au hasard 1344 adultes d’un âge moyen de 49 ans, dont 42% d’hommes qui ont accepté de passer une nuit à dormir dans un laboratoire.
Selon les tests et examens effectués, plus de 39% des participants avaient au moins trois de ces facteurs de risques qui, ensemble, constituent le syndrome métabolique, précisent les auteurs dont l’étude paraît dans la revue de l’American Heart Association.
Pendant une période de suivi de plus de 16 années en moyenne, 22% sont décédés. 



http://www.jobboom.com/carriere/wp-content/uploads/2014/09/homme-endormi.jpg



Les personnes souffrant du syndrome métabolique qui avaient dormi moins de six heures dans le laboratoire avaient 2,1 fois plus de chances de mourir d’une crise cardiaque ou d’une attaque cérébrale pendant ces 16 années, comparativement à ceux ne présentant pas ces facteurs de risque cardio-vasculaires.
Ces mêmes personnes avaient également un risque 1,99 fois plus élevé de décéder de toutes causes par rapport à celles ne souffrant pas du syndrome métabolique.
Ceux des participants avec ce syndrome dormant plus de six heures avaient encore 1,49 fois plus de risque de mourir que les sujets en meilleure santé.
Les autorités médicales recommandent aux adultes de dormir de sept à huit heures par nuit. 



http://cdn.astucesnaturelles.net/composants/uploads/2016/03/voici-une-liste-de-maladies-causees-par-le-manque-de-sommeil.jpg



lundi 22 mai 2017

Témoignage : Comment j’ai guéri ma sclérose en plaques !

Comment la médecine par les plantes et une alimentation corrigée ont pu inverser les symptômes de ma sclérose en plaques ! 

 

http://img.over-blog-kiwi.com/1/47/73/60/20160406/ob_82b1d3_jennifer-macniven.jpg

Par Nissa Lee, 30 mars 2016



Avertissement : Pour soigner une "Mal-a-dit", il faut aussi prendre en compte les facteurs psychologiques qui peuvent jouer un grand rôle dans le déclenchement des "Mal-à-dit" ! L'alimentation peut être une aide, mais il faut voir aussi tous les autres facteurs, comme les facteurs émotionnels qui sont très importants dans le déclenchement des "Mal-a-dit" (Voir "le Grand Dictionnaire des malaises et maladies" de Jacques Martel par exemple)   

L’année dernière, j’avais entrepris de voyager dans toute l’Australie. 
Mais à un moment donné, j’ai dû rentrer à la maison parce que je ne me sentais pas bien. 
C’était bizarre, j’avais le cerveau embrouillé, des vertiges. 
Je ne pouvais plus marcher droit et ma vision était trouble. 
La moitié de mon visage était déformé, et je craignais d’avoir été victime d’un AVC. 
Je suis allée consulter un médecin qui m’a immédiatement envoyé aux services d’urgence. 
Quelques jours plus tard, alors que j’avais 24 ans, je reçus le diagnostic de "sclérose en plaques récurrente/rémittente".
Je me suis battue avec cette maladie pendant des années. Je me suis souvent retrouvée à l’hôpital, prenant des médicaments pour arrêter les poussées de sclérose en plaques. 
Un jour quelque chose a changé en moi. J’ai décidé qu’ à aucun prix je ne voulais passer le restant de mes jours dans un fauteuil roulant. 
Je voulais être bien, je voulais vivre pleinement et en bonne santé.


Comment j'ai guéri de ma sclérose en plaques par les plantes et par l'alimentation



J’ai effectué des recherches sur internet et ai trouvé des douzaines d’exemples de personnes atteintes de sclérose en plaques, dont des professionnels de santé, qui avaient suivi une approche nutritionnelle sans médicaments.
J’avais été malade depuis si longtemps, et les médicaments n’avaient pas pu m’aider. 
C’est alors que j’ai décidé d’essayer l’alimentation Wahls’ Paleo préconisée par le Dr Thierry Wahls qui se porte à merveille après avoir souffert d’une sclérose en plaques progressive.
Le protocole Wahls est un régime alimentaire qui fait appel à de nombreuses plantes et baies riches en nutriments, ainsi qu’à un peu de viande provenant d’animaux nourris à l’herbe. 
Ce régime Paleo est naturellement anti-inflammatoire, !l assure la protection du cerveau et est très riche en antioxydants.
Pour en savoir plus, je me suis lancée dans l’étude de la naturopathie. J’avais toujours été fascinée par le pouvoir des plantes, j’aimais beaucoup la phytothérapie et tout ce qu’une alimentation équilibrée pouvait apporter. 
C’est à partir du moment où j’ai commencé à prendre des plantes médicinales que j’ai commencé à me sentir mieux !
Il y a maintenant cinq ans que je ne prends plus de médicaments et que je n’ai plus aucun symptôme. 
 J’ai enfin retrouvé ma vraie vie. 
Je sais de nouveau courir, danser, travailler. 
J’ai beaucoup d’énergie et je me sens vraiment en bonne santé.


samedi 20 mai 2017

Dr. Pierre-Jean Thomas-Lamotte : L’interprétation des maladies !


Le Dr Thomas-Lamotte nous prouve que notre inconscient régule aussi nos maladies, blessures et accidents !



http://stopmensonges.com/wp-content/uploads/2017/04/maxresdefault-6.jpg



 

Après son ouvrage majeur "Et si la maladie n'était pas un hasard" sorti en 2008, le Dr Thomas-Lamotte publie enfin la suite de ses travaux résultant de ses 40 années d'expérience en tant que médecin des hôpitaux et neurologue. 
Ce que Sigmund Freud a montré (l'inconscient agissant à travers nos paroles, actes et rêves) le Dr Thomas-Lamotte nous prouve que notre inconscient régule aussi nos maladies, blessures et accidents selon des schémas dont il expose les logiques, et cela afin de compenser des "non-dits". 
L'auteur développe avec des cas pratiques une nouvelle approche de la médecine et du malade qui, dans la grande très grande majorité des cas, est devenu souffrant à cause d'un conflit de séparation, de territoire ou de non-dits. 
Et clairement, la lecture de ce livre nous enseigne infiniment plus sur nous-même en une semaine que ne pourraient le faire des années de psychanalyse. 
Brillant, intelligent et logique. 
Le travail du Dr Thomas-Lamotte illustre parfaitement le "s'en rendre malade" de la langue française. 


 

 https://www.youtube.com/watch?v=DAmoKNkspx4


Si le sujet vous intéresse, voici les deux derniers livres du Dr Pierre-Jean Thomas-Lamotte :

https://www.lejardindeslivres.fr/DATA/interpret-600.jpg

vendredi 12 mai 2017

Comparaison Vaccinés et Non-Vaccinés !

Étude sur les Vaccinés par rapport aux Non Vaccinés, quel groupe est le plus Malade ?





Une nouvelle enquête révolutionnaire sur des centaines d'enfants américains scolarisés à domicile a permis de constater que, comparativement aux enfants non vaccinés, les enfants vaccinés avaient des chances plus élevées de développer les conditions suivantes : maladies chroniques, eczéma, troubles neuro-développementaux, autisme, troubles du déficit de l’attention/hyperactivité, troubles de l’apprentissage, rhinites allergiques.

Cela n’a jamais été fait auparavant.  

Une toute première étude en son genre qui traite d’enfants Américains (scolarisés à domicile) vaccinés par rapport à des enfants non vaccinés montre quel groupe est vraiment malade… les parents devraient réellement s’inquiéter.
Quelque chose ne tourne pas rond chez les enfants Américains. 

Ils sont malades – allergiques, asthmatiques, anxieux, souffrent de problèmes auto-immuns, d’autisme, d’hyperactivité, distraits, souffrent de troubles de l’apprentissage.





Trente-deux millions d’enfants Américains, soit 43% d’entre eux, souffrent d’au moins une des 20 maladies chroniques, en dehors des problèmes d’obésité. 

Des troubles pédiatriques jadis rares comme l’autisme, troubles du déficit de l’attention, diabète de type 1, le syndrome de Tourette. 
Tous ces troubles sont en augmentation, alors que peu d’études regroupent ces données. 
Par rapport à leurs parents, les enfants d’aujourd’hui sont quatre fois plus susceptibles d’avoir une maladie chronique.
Et alors que leurs grands-parents n’auraient, quand ils étaient enfants, jamais avalé une pilule, la génération actuelle d’enfants représente un rêve pour les représentants des ventes pharmaceutiques : plus d’un million d’enfants Américains âgés de moins de cinq ans, prennent un médicament psychiatrique. 

Plus de 8,3 millions d’enfants de moins de 17 ans ont consommé des médicaments psychiatriques et certains mois, un enfant sur quatre reçoit une prescription pour au moins un médicament pour un problème ou l’autre.


http://www.lemendiant.fr/vaccins/images/bickel_santeenfants.jpg